détecteur de métaux

Les détecteurs de métaux : généralités

Les détecteurs de métaux constituent l’accessoire indispensable à tout bon passionné de prospection. Ces appareils truffés d’éléments à la pointe de la technologie servent donc à repérer, localiser précisément et identifier le type de métal caché dans le sol. Autant dire que le détecteur est la carte maîtresse de votre activité ; sur lui-seul repose la capacité à faire des trouvailles véritablement intéressantes. Comment fonctionnent-ils et sur quels modes peuvent-ils être programmés ? Quels types d’appareils peut-on trouver sur le marché ?

Les types de détecteurs

Pour pouvoir choisir le meilleur détecteur de métaux, on dénombre plusieurs technologies qui permettent de mener à bien la prospection. Nous ne tiendrons pas compte des radars de sol qui fonctionnent différemment, c’est pourquoi nous allons nous intéresser ici aux systèmes les plus réputés dans le cadre de la détection de loisir.

Les détecteurs dotés de la technologie VLF ou Very Low Frequency

95% des appareils vendus dans le commerce sont des détecteurs de métaux VLF. Ils ont la faculté d’identifier la nature du métal qui est détecté et d’écarter certains métaux considérés comme indésirables (fer, aluminium). Ceci présente un avantage car les clous et les débris de fer sont évités. Leur prise en main est simple et les enseignes spécialisées commercialisent des modèles à fréquence haute, moyenne ou faible.
À basse fréquence, le détecteur VLF atteint des niveaux inférieurs à 100KHZ et s’avère très sensible aux pièces de monnaies de taille importante. Les objets métalliques en tout genre sont aussi facilement repérables à condition que le terrain ne soit pas pollué par des résidus ferreux.
Un détecteur moyenne fréquence permet de prospecter les pièces de monnaie de taille plus modeste et se révèle plus efficace sur les sols pollués et dans les endroits de plein-air.
Les hautes fréquences sont utilisées lors d’une détection de métaux aurifères à l’instar des pépites d’or. Elles conviennent donc parfaitement à la recherche d’objets de taille infime. Toutefois, elles sont sensibles à la minéralisation du sol.

Les détecteurs dotés de la technologie FBS

Ces détecteurs de métaux sont particulièrement performants lorsque vous vous adonnez à la détection sur la plage. En effet, leurs propriétés les immunisent face aux sols déminéralisés (dont le sable mouillé). Les dispositifs qui possèdent ce mode FBS possèdent des fréquences ajustables et peuvent programmer automatiquement la fréquence la mieux adaptée en fonction du sol sur lequel vous souhaitez prospecter.

Les détecteurs sous-marins

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un type de détecteur à proprement parler, ces appareils spécifiques utilisent la technologie VLF ou FBS pour vous donner accès aux trésors cachés dans l’eau. Certains modèles de détecteurs allant sous l’eau sont utilisables à plus de 80 mètres de profondeur.

Les détecteurs PI à Pulse Induction (ou à induction poussée en français)

Contrairement aux modèles VLF qui sont populaires chez les passionnés de détection de loisir, ces appareils ne concernent que 5 % des ventes sur le marché des détecteurs de métaux. L’intérêt de l’induction poussée réside dans son immunité face à la minéralisation des terrains. Ainsi, les performances ne sont pas altérées sur la plage et notamment sur le sable mouillé.
Vous avez ensuite le choix entre les PI « grande profondeur », permettant de prospecter à plusieurs mètres de profondeurs et le PI destiné à la prospection de plage. Le manque de pertinence sur le plan de la discrimination engendre néanmoins des problèmes de détection sur le PI profondeur.

Comment fonctionne un détecteur de métaux ?

Le détecteur de métaux VLF est composé d’un boitier adapté, d’une tige de métal appelée canne et d’un disque qui sert à la détection de métaux. À l’intérieur de ce disque, se trouvent deux bobines. L’une est considérée comme l’émettrice, la seconde servira de bobine réceptrice.

Le cas des VLF

La compréhension du fonctionnement de ces appareils fait appel à des connaissances théoriques en physique. Aussi voilà ce qu’il faut retenir de manière générale :

  • Le boitier va produire un courant et va le faire circuler le long de la bobine émettrice.
  • Ce courant, ou onde électrique, tourne en rotation dans la bobine émettrice et provoque un champ magnétique.
  • Ce champ magnétique produit lui-aussi un courant qui traverse la seconde bobine.
  • C’est ce qu’on appelle un courant induit : sans courant, ni contact initial, la seconde bobine est alimentée.
  • Le courant induit est mesurable et s’avère proportionnel à la valeur du courant présent dans la bobine émettrice.

Dès lors, on comprend mieux comment les bobines sont programmées pour être sensibles aux champs magnétiques des métaux. En d’autres termes, ils réagissent et déclenchent une sonorité variable en fonction des appareils afin de signaler la présence d’un métal à proximité.

Le cas des détecteurs à Induction

Extérieurement, ces dispositifs ont la même apparence que les détecteurs VLF. Cependant, en y regardant de plus près, on dénote quelques distinctions. Tout d’abord, les dispositifs à PI ne nécessitent qu’une bobine émettrice. Leurs systèmes ne comportent donc pas de bobine réceptrice. Là où les bobines des VLF sont alimentées en permanence, c’est ici le boitier du détecteur à PI qui envoie des impulsions très rapides. Le courant de la bobine provoque alors un champ magnétique très puissant et l’objet que vous prospectez sera parcouru par un courant qui déclenchera le signal d’alarme.

Les différents modes de recherche

On compte trois modes de recherche sur la plupart des détecteurs de métaux :

  • Le mode « tous métaux » :
    L’appareil recherche tous les éléments ferreux et non ferreux. Il s’agit du mode le plus performant en termes de découvertes. Tous les éléments métalliques sont détectés.
  • Le mode « discrimination » :
    En mode discrimination, vous allez pouvoir prospecter de manière sélective puisque vous pourrez écarter les métaux ferreux de votre recherche. Ainsi, le fer, les clous, les capsules ou encore l’acier ne seront pas pris en compte et l’appareil ne les identifiera pas. Seuls l’argent, le cuivre et l’or.
  • Le mode « notch » :
    Il s’agit d’une fonction supplémentaire qui vous aide à rechercher un métal en particulier. Par exemple, si vous souhaitez retrouver des pièces de 2 euros, il vous suffit de mémoriser cette pièce grâce au notch (en la plaçant au niveau du disque). Le détecteur ne sera alors sensible qu’aux pièces de 2 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *